Perspectives - Marchés

Les opportunités dans le capital-risque en phase de démarrage

Le capital-risque offre un accès à des opportunités d’investissement dans des entreprises qui révolutionnent leur secteur au point de provoquer des disruptions au sein de secteurs dans leur intégralité... à condition que la gestion de ces placements soit réalisée de manière efficiente.

23/01/2019

Duncan Lamont

Duncan Lamont

Responsable de la recherche et de l’analyse

D’après notre expérience, 20 % des entreprises sont à l’origine de 80 % des performances de sorte que la clé de la réussite repose sur un accès aux meilleures opportunités. En revanche, plutôt que des probabilités qui vous sont défavorables, une approche mûrement réfléchie de la construction de portefeuille peut d’après nous permettre d’inverser ces probabilités en votre faveur.

Le capital-risque a financé certains des plus grands succès de tous les temps au sein du secteur technologique.Le capital-risque a depuis longtemps pour habitude de générer de solides performances pour le compte des investisseurs et d’aider les entreprises en phase de démarrage à réaliser leur plein potentiel. Parmi les « success stories » du capital-risque figurent Apple, la première société américaine cotée dont la capitalisation boursière a dépassé les 1 000 milliards de dollars, et d’autres entreprises américaines dont Microsoft, Amazon, Facebook et Google, chacune valorisée à plus de 500 milliards de dollars. Le capital-risque a transformé en intégralité certaines industries : la musique, la presse écrite et les médias ont tous subi des disruptions. Par ailleurs, les entreprises du secteur de la santé financée par le capital-risque ont développé des médicaments destinés à soigner des maladies autrefois incurables, tandis que d’autres investissent dans la recherche contre le cancer. Il n’est pas exagéré de dire que le capital-risque finance de nombreuses évolutions qui ont bouleversé nos modes de vie. Dans la perspective de l’investisseur, le capital-risque fournit un accès aux entreprises de croissance de demain1 et a fait ses preuves en offrant des rendements à long terme très solides. L’indice Cambridge Associates US Venture Capital a dégagé une performance annuelle de 19 % au cours des 30 dernières années jusqu’en 2017, déduction faite de tous les frais et dépenses2. Il occupe également une place prépondérante dans le paysage financier. En effet, les secteurs à forte croissance représentent environ un tiers des volumes annuels des levées de fonds du capital-risque.

En revanche, il a été également décrit comme une partie de poker à haut risque. Si sa gestion est inefficiente, le capital-risque peut se révéler être à l’origine de lourdes pertes, et par le passé certains investisseurs s’y sont brûlés les doigts. Le souvenir de la chute des valeurs technologiques lors du krach boursier des Dotcom hante également l’esprit de certains investisseurs. En investissant dans des fonds de mauvaise qualité et vous risquez de perdre la totalité (ou presque) de votre capital !Mais nous tenons à souligner que les pertes encourues par les investisseurs sont rarement imputables aux investissements dans le capital-risque, mais à des erreurs plutôt commises par des amateurs que les investisseurs compétents pourraient facilement éviter. Telles sont les raisons de certains préjugés à l’égard de cette classe d’actifs. Ce document est divisé en deux parties. La première énonce certaines vérités contre-intuitives sur le capital-risque. La plupart des objections couramment avancées sont déplacées. La deuxième partie présente les cinq secrets d’un investissement réussi en capital-risque.

1 À l’inverse, les marchés cotés couvrent dune part croissante et plus mature du secteur privé car certaines entreprises choisissent de rester non cotées pendant plus longtemps. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à la publication « What is the point of the equity market ? » Schroders, avril 2018.
2 L’indice Cambridge Associates LLC US Venture Capital® est basé sur des données compilées à partir de 1 794 fonds de capital-risque américains (1 150 fonds à un stade précoce, 210 à un stade avancé et en expansion, et 434 fonds à plusieurs stades), y compris des partenariats entièrement liquidés, formés entre 1981 et 2017. Le rendement indiqué est un taux de rendement interne (TRI) à horizon commun, déduction faite des frais, charges et intérêts courus.