Enjeux ESG/Investissement responsable

10 ans après la crise, le « laisser faire » n’est plus de mise

Par Andy Howard, Schroders. Cette contribution est parue dans l'Agefi Quotidien du 23 octobre 2018.

23/10/2018

Andrew Howard

Andrew Howard

Directeur de la recherche – Investissement durable

La crise financière a remis en question les entreprises et le système financier pour leur appétit pour les profits à court terme au détriment de la création de valeur à long terme. En conséquence, les appels à une forme plus durable de capitalisme se sont intensifiés. L'état des finances publiques et l'impact sur les économies et le bien-être public, qui ne se sont pas remis du choc de 2008 et 2009, n'ont fait que renforcer l'urgence.

Dix ans après la crise, les entreprises font l'objet d'une surveillance et d'une pression réglementaire plus fortes que jamais. Le secteur bancaire en est un exemple frappant, mais surtout le point de vue des régulateurs a fondamentalement changé pour donner la priorité à la protection des consommateurs et au rôle social de l'industrie.

A l’épicentre de la crise, les banques ont été les principales victimes de ses réactions, mais les défis s’étendent bien au-delà. Ainsi, le projet de l'OCDE sur l'érosion de l'assiette fiscale et le transfert des bénéfices (BEPS) limite la capacité des entreprises d'exploiter les asymétries dans les règles fiscales. Des salaires de subsistance ont été introduits de Grande-Bretagne en Californie. Les pressions sur les entreprises pour qu'elles contribuent à la réalisation des objectifs de développement durable de l'ONU s’intensifient.

Les bénéfices ne peuvent plus être le seul but d'une entreprise. Elles sont exhortées à prendre des mesures sur des sujets comme la diversité et le changement climatique, d'une importance incontestable pour une grande partie de la société, mais souvent perçues par les entreprises comme un effort de bonne volonté et non une stratégie fondamentale. La demande de transparence sur des données non financières amène à une nette augmentation du volume des rapports annuels, tandis qu’il n'y a jamais eu autant de rapports de responsabilité d'entreprise publiés.

Le capitalisme a toujours reposé sur la destruction créative et si les banques ont fait preuve de créativité avec les instruments financiers, leur rôle vital dans l'économie a empêché leur destruction. Les gouvernements interviennent là où les forces du marché échouent, et la période post crise financière n'a pas fait exception. Le résultat a été la fin du laissez-faire et une plus grande intervention sur toutes les entreprises.

Aujourd’hui, avec l’augmentation des attentes et de la transparence, les modèles économiques non durables n'ont nulle part où se cacher. En tant qu'investisseurs, nous devons veiller à ce que nos valorisations et nos prévisions tiennent explicitement compte de cet état de fait.

 

Evolution des reportings de responsabilité sociale  

Séries rebasées pour que la moyenne de la période 2008-2016 se trouve à 100.

Réservé exclusivement aux investisseurs et aux conseillers professionnels.

Ce document exprime les opinions de l'équipe d'économistes de Schroders et ne représente pas nécessairement les opinions formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders.

Ce document n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Il ne constitue pas une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente d’un instrument financier quelconque. Il n’y a pas lieu de considérer le présent document comme contenant des recommandations en matière comptable, juridique ou fiscale, ou d’investissements. Schroders considère que les informations contenues dans ce document sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Nous déclinons toute responsabilité pour toute opinion erronée ou pour toute appréciation erronée des faits. Aucun investissement et/ou aucune décision d’ordre stratégique ne doit se fonder sur les opinions et les informations contenues dans ce document.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les cours des actions ainsi que le revenu qui en découle peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant qu’ils ont investi.

Les prévisions contenues dans le présent document résultent de modèles statistiques, fondés sur un certain nombre d'hypothèses.

Elles sont soumises à un degré élevé d'incertitude concernant l'évolution de certains facteurs économiques et de marché susceptibles d'affecter la performance future réelle. Les prévisions sont fournies à titre d'information à la date d'aujourd'hui. Nos hypothèses peuvent changer sensiblement au gré de l'évolution possible des hypothèses sous-jacentes notamment, entre autres, l'évolution des conditions économiques et de marché. Nous ne sommes tenus à l'obligation de vous communiquer des mises à jour ou des modifications de ces prévisions au fur et à mesure de l'évolution des conditions économiques, des marchés, de nos modèles ou d'autres facteurs.

Ce document est produit par Schroder Investment Management (Europe) S.A., succursale française, 1, rue Euler, 75008 Paris, France.