Enjeux ESG/Investissement responsable

Les “villes intelligentes” face au changement climatique

Près d'un quart de la population mondiale vit dans les villes, et le pourcentage augmente. Comment les villes s’organisent-elles pour faire face au risque d’engorgement et combattre le changement climatique ?

10/08/2017

Andrew Howard

Andrew Howard

Directeur de la recherche – Investissement durable

L'annonce du président Trump en juin sur la sortie des États-Unis de l'Accord de Paris sur le climat a été suivie presque immédiatement par une annonce de 343 maires américains, assurant du maintien de leur engagement envers ces objectifs. Cette contradiction met en évidence le rôle croissant des villes dans le progrès vers les objectifs climatiques.

Connectivité

L'urbanisation et la croissance démographique accentuent la pression sur les villes - déjà chargées – à travers le monde, du fait de la circulation, de la pollution de l'air, de la pauvreté et de la surpopulation. En 2016, près d'un quart de la population mondiale (1,7 milliard de personnes) vivaient dans les villes et l'ONU prévoit un doublement (soit 5 milliards de personnes) d'ici 20301. Les pressions auxquelles les villes sont confrontées et les opportunités qu'elles présentent pour remodeler les infrastructures dont elles dépendent, en font un élément clé de la politique climatique.

Le concept de « villes intelligentes » repose sur l’intégration des données et de la technologie aux dispositifs qui répondent aux besoins essentiels (eau, énergie, pureté de l’air…). Les réseaux urbains de personnes et d'appareils offrent une quantité énorme de données. La connectivité est une clé d’amélioration en matière d’efficacité et d’environnement : les villes intelligentes devraient représenter 40 % des avantages économiques totaux de la tendance générale vers davantage d’objets connectés. Les transports, l'énergie, la gestion des données et les infrastructures sont les principaux domaines qui devront évoluer et qui en bénéficieront.

Avenues électriques

Les péages urbains et les interdictions sur le diesel illustrent l’évolution du transport dans les villes. À mesure que la densité de population augmente, l’efficacité des infrastructures de transport devient cruciale. Les investissements se multiplient dans la gestion des infrastructures (par exemple, des services de données permettant de suivre en temps réel l’évolution des embouteillages et du nombre de piétons pour répartir les charges aux heures de pointe) et dans les services, avec une baisse de la propriété automobile. Londres a connu une réduction de 30 % du trafic automobile au cours de la dernière décennie2, grâce à l'utilisation croissante des transports publics.

Les véhicules électriques fournissent à la fois une solution et un défi pour les villes. Leur développement est indéniable : le gouvernement indien a récemment annoncé son intention d'atteindre 100% de ventes de véhicules électriques d'ici 20303. Ces derniers ne produisent aucune émission ou pollution lors de leur utilisation, ce qui est extrêmement bénéfique pour les zones urbaines.

Cependant, les véhicules électriques nécessitent des bornes de recharge, et il faudra que les villes adaptent leur réseau4. Nous constatons déjà une très forte croissance de ces infrastructures dans les grandes villes, comme le souligne l'instantané ci-dessous des bornes de recharge de Londres. Celles du Japon sont déjà plus nombreuses que les stations essence classiques depuis un an5.

Bornes de recharge pour véhicules électriques - Londres


Source : Zapmap, mai 2017

Les systèmes intelligents d'énergie permettent également une production d'énergie plus verte et une utilisation moins gourmande. Selon le Scénario 2 degrés de l'Agence internationale de l'énergie, les énergies renouvelables représenteront 28% de l'approvisionnement énergétique mondial d’ici 20216. La variabilité de ces sources d'électricité présente des problèmes majeurs pour faire correspondre l'offre et la demande, que les systèmes de réseaux intelligents peuvent atténuer en lissant la demande au cours de la journée à l'échelle d’une ville ou d’un foyer.

Où les villes seront-elles les plus intelligentes?

Une grande partie de la croissance de la population urbaine se fera dans de nouvelles villes. Plus de 100 nouvelles villes de plus d'un million d’habitants sont attendues au cours de la prochaine décennie7. Ce développement présente une grande opportunité pour remodeler l'infrastructure énergétique mondiale afin d’atteindre les objectifs climatiques à long terme. Les marchés émergents seront à l'avant-garde : il est plus facile

d'intégrer les technologies intelligentes dans les villes de nouvelle génération que de les adapter à celles déjà existantes. L'opportunité à l’international pour les entreprises fournissant ces marchés pourrait atteindre 400 milliards de dollars d'ici 2020.


1. www.un.org/en/development/desa/population/publications/pdf/urbanization/the_worlds_cities_in_2016_data_booklet.pdf

2. www.theguardian.com/cities/2015/apr/28/end-of-the-car-age-how-cities-outgrew-the-automobile

3. www.bloomberg.com/news/articles/2017-05-11/india-s-2030-all-electric-car-target-seen-ambitious-by-iea

4. www.greentechmedia.com/articles/read/How-EVs-Could-Impact-the-Grid-in-4-Charts

5. www.weforum.org/agenda/2016/05/japan-now-has-more-electric-charging-points-than-petrol-stations/

6. www.iea.org/newsroom/news/2016/october/iea-raises-its-five-year-renewable-growth-forecast-as-2015-marks-record-year.html

7. www.cisco.com/c/dam/en_us/solutions/industries/docs/gov/everything-for-cities.pdf

Topics:

Réservé exclusivement aux investisseurs et aux conseillers professionnels.

Ce document exprime les opinions de l'équipe d'économistes de Schroders et ne représente pas nécessairement les opinions formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders.

Ce document n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Il ne constitue pas une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente d’un instrument financier quelconque. Il n’y a pas lieu de considérer le présent document comme contenant des recommandations en matière comptable, juridique ou fiscale, ou d’investissements. Schroders considère que les informations contenues dans ce document sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Nous déclinons toute responsabilité pour toute opinion erronée ou pour toute appréciation erronée des faits. Aucun investissement et/ou aucune décision d’ordre stratégique ne doit se fonder sur les opinions et les informations contenues dans ce document.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les cours des actions ainsi que le revenu qui en découle peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant qu’ils ont investi.

Les prévisions contenues dans le présent document résultent de modèles statistiques, fondés sur un certain nombre d'hypothèses.

Elles sont soumises à un degré élevé d'incertitude concernant l'évolution de certains facteurs économiques et de marché susceptibles d'affecter la performance future réelle. Les prévisions sont fournies à titre d'information à la date d'aujourd'hui. Nos hypothèses peuvent changer sensiblement au gré de l'évolution possible des hypothèses sous-jacentes notamment, entre autres, l'évolution des conditions économiques et de marché. Nous ne sommes tenus à l'obligation de vous communiquer des mises à jour ou des modifications de ces prévisions au fur et à mesure de l'évolution des conditions économiques, des marchés, de nos modèles ou d'autres facteurs.

Ce document est produit par Schroder Investment Management (Europe) S.A., succursale française, 1, rue Euler, 75008 Paris, France.