Enquête Global Investor Study

Investir plutôt qu'acquérir des biens ou épargner

Les investisseurs privilégient le placement à l'épargne, la dépense ou le remboursement de la dette, nous dit une nouvelle grande étude.

01/11/2017

David Brett

David Brett

Éditorialiste

Une nouvelle grande enquête révèle que la priorité pour les investisseurs est de continuer à investir plutôt que d'acquérir des biens, rembourser leurs dettes ou placer de l'argent sur des comptes d'épargne.

Dans leur globalité, 23 % des investisseurs interrogés sur ce qu'ils comptaient faire de leur revenu disponible sur l'année à suivre, ont déclaré qu'investir de l'argent sur les marchés étaient leur grande priorité. Seuls 13 % ont indiqué que le plus important pour eux était d'investir dans, ou acquérir, un bien et 9 % ont mentionné vouloir réduire leur endettement.

L'enquête Schroders Global Investor (GIS) 2017, conduite auprès de plus de 22 000 investisseurs dans le monde entier, a établi que c'est en Asie que la propension à investir est la plus forte alors qu'elle est la moins présente sur le continent américain et en Europe.

Lorsque vous envisagez ce que vous allez faire de votre revenu disponible l'année prochaine, quelle est votre priorité numéro 1 ?...  

À l'échelle du monde entier, 16 % des personnes ont déclaré qu'avoir un compte bancaire était leur priorité absolue.

Sheila Nicoll, Directrice de la Politique Publique chez Schroders, explique : « Chaque pays fait face à des problématiques financières différentes mais le thème commun est que les gens ont tendance à ne pas mettre suffisamment d'argent de côté pour assurer la sécurité financière de leur avenir.

Il est par conséquent encourageant de constater que ceux qui ont commencé à investir en perçoivent les avantages et que près de 40 % des investisseurs dans le monde se sont définis comme priorité de continuer à investir ou épargner au cours de l'année à suivre. 10 % supplémentaires ont également placé leur retraite au cœur de leurs priorités. À l'opposé, seuls 11 % accordent la priorité aux dépenses de luxe.

Si épargner et investir régulièrement devient une habitude, il deviendra à terme plus facile pour eux de réaliser leurs objectifs financiers. »

L'étude a également établi que l'achat d'un bien ou l'investissement dans un bien était la priorité pour 13 % des personnes interrogées. Le chiffre est globalement équivalent sur l'ensemble des continents. Pour la génération Y, 16 % définissent l'achat de biens comme leur priorité absolue contre tout juste 11 % pour leurs aînés.

La disparité est encore plus grande entre les continents lorsqu'il s'agit du remboursement de la dette. Sur le continent américain, la priorité est de rembourser ses dettes (y compris les emprunts hypothécaires) pour 11 % contre 9 % en Europe et 5 % en Asie.

La propension à faire de l'investissement la priorité révèle encore plus de disparité géographique.

Qui fait de l'investissement sa priorité ?

L'Asie est la plus encline à investir sur les marchés :

• investir y est la priorité pour 32 % contre 20 % pour les Européens et 19 % pour les Américains.

On retrouve le même schéma à l'échelle des pays.

Le tableau ci-dessous présente les pays où la priorité est à l'investissement pour l'année à venir. Les pays asiatiques s'agglutinent en tête. À l'opposé, les pays occidentaux forment le peloton de queue, à l'exception notable de la Corée du Sud stockée en bas du tableau.

Les pays où l'investissement du revenu disponible est une priorité…et ceux qui lui accordent le moins d'importance…  

En Europe, l'engagement le plus marqué en faveur de l'investissement est observé en Suède (29 %), suivie par l'Italie (26 %) et le Portugal (23 %).

Au rang des priorités accordées à la dette se trouvent le Canada (18 %), puis l'Afrique du Sud (17 %), les Pays-Bas (16 %) et l'Australie (14 %). Les investisseurs chinois sont les moins enclins à envisager d'épurer leurs dettes : seuls 2 % ont mis en avant cet objectif.

• Cf. les résultats complets de l'enquête Schroders Global Investor 2017 [hyperlink]

C'est en Autriche que les achats de luxe se voient accorder l'importance la plus grande avec 21 % des personnes interrogées qui en font leur grande priorité. La seconde place revient à l'Australie et au Royaume-Uni où 17 % des personnes interrogées font des dépenses de luxe une priorité. À l'opposé, seuls 2 % à Taïwan et 4 % en Indonésie en font leur priorité.

L'épargne reste populaire

Au vu des taux d'intérêt plancher dans la plupart des pays développés et de la hausse de l'inflation, il est surprenant d'observer le niveau de fidélité accordé aux comptes d'épargne dans l'étude. En gardant leur épargne en banque, les épargnants perdent souvent de l'argent sur une base réelle.

C'est au Portugal que l'engagement en faveur de l'épargne est le plus élevé (29 %), suivi de la Russie (24 %).

Nous avons également comparé ce chiffre pour chaque pays par rapport à la part des personnes ayant en projet d'investir sur les marchés. Malgré les performances historiques supérieures qu'offrent les investissements, bon nombre d'investisseurs ont considéré les comptes de dépôt comme le meilleur endroit pour laisser leurs économies l'année prochaine.

L'épargne remporte le plus de suffrages au Portugal, à 29 % contre 23 % pour les investissements, en Russie à 24 % contre 18 % et en France (21 % contre 16 %).

En Asie, les Coréens du Sud préfèrent également laisser leur argent à la banque, à 19 % contre 12 %. Même aux États-Unis où la culture du marché est très forte, la proportion est de 16 % contre 17 %.

L'épargne privilégiée à l'investissement  

Source : Enquête Schroders Global Investor 2017.

Informations importantes: Confiée par Schroders à Research Plus Ltd, cette enquête indépendante a été conduite en ligne entre le 1er et le 30 juin 2017 auprès de 22 100 investisseurs basés dans 30 pays (notamment l’Australie, le Brésil, le Canada, la Chine, la France, l’Allemagne, l’Inde, l’Italie, le Japon, les Pays-Bas, l’Espagne, les EAU, le Royaume-Uni et les États-Unis). Au sens de cette enquête, un investisseur correspond à toute personne envisageant d'investir au moins 10 000 euros (ou une somme équivalente) au cours des 12 prochains mois et ayant modifié ses placements au cours des dix dernières années. Ce document exprime les avis et opinions de Schroders qui sont susceptibles de changer. Ce document est fourni à titre purement indicatif et n’a pas vocation à être une publication à caractère promotionnel. Il ne constitue ni une offre ni une sollicitation d’achat ou de vente d'un quelconque instrument financier. Il n'a vocation à fournir ni des conseils comptables, juridiques ou fiscaux, ni des recommandations d'investissement, et ne saurait être dès lors considéré comme tel. Il convient de ne pas se fier aux opinions et informations fournies dans le présent document pour réaliser des investissements individuels et/ou prendre des décisions stratégiques. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et peuvent ne pas se répéter à l’avenir. La valeur des investissements et les revenus susceptibles d'en découler peuvent varier à la hausse comme à la baisse et les investisseurs n’ont aucune garantie de récupérer le montant initialement investi. Tous les investissements comportent des risques, notamment celui de perdre le capital. Les informations contenues dans ce document sont tenues pour fiables, mais Schroders n’en garantit ni la précision ni la complétude. Il convient de ne pas se fier aux opinions et informations fournies dans le présent document pour réaliser des investissements individuels et/ou prendre des décisions stratégiques. Les régions/secteurs sont présentés à titre d'illustration uniquement et ne doivent pas être considérés comme une recommandation d'achat ou de vente.

Si vous vous trouvez en Amérique du Nord, ce contenu est publié par Schroder Investment Management North America Inc., filiale en propriété exclusive indirecte de Schroders plc et conseil en placements inscrit auprès de la SEC et proposant des produits et services de gestion d’actifs à des clients situés aux États-Unis et au Canada. Pour tous les autres utilisateurs, ce contenu est publié par Schroder Investment Management Limited, 31 Gresham Street, London, EC2V 7QA. Numéro d'enregistrement 1893220 en Angleterre Société agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority.

Réservé exclusivement aux investisseurs et aux conseillers professionnels.

Ce document exprime les opinions de l'équipe d'économistes de Schroders et ne représente pas nécessairement les opinions formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders.

Ce document n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Il ne constitue pas une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente d’un instrument financier quelconque. Il n’y a pas lieu de considérer le présent document comme contenant des recommandations en matière comptable, juridique ou fiscale, ou d’investissements. Schroders considère que les informations contenues dans ce document sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Nous déclinons toute responsabilité pour toute opinion erronée ou pour toute appréciation erronée des faits. Aucun investissement et/ou aucune décision d’ordre stratégique ne doit se fonder sur les opinions et les informations contenues dans ce document.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les cours des actions ainsi que le revenu qui en découle peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant qu’ils ont investi.

Les prévisions contenues dans le présent document résultent de modèles statistiques, fondés sur un certain nombre d'hypothèses.

Elles sont soumises à un degré élevé d'incertitude concernant l'évolution de certains facteurs économiques et de marché susceptibles d'affecter la performance future réelle. Les prévisions sont fournies à titre d'information à la date d'aujourd'hui. Nos hypothèses peuvent changer sensiblement au gré de l'évolution possible des hypothèses sous-jacentes notamment, entre autres, l'évolution des conditions économiques et de marché. Nous ne sommes tenus à l'obligation de vous communiquer des mises à jour ou des modifications de ces prévisions au fur et à mesure de l'évolution des conditions économiques, des marchés, de nos modèles ou d'autres facteurs.

Ce document est produit par Schroder Investment Management (Europe) S.A., succursale française, 1, rue Euler, 75008 Paris, France.