Marchés

Perspectives 2019 : actions internationales

Nous privilégions les entreprises qui se mobilisent pour le changement en 2019, et nous nous montrons toujours plus méfiants à l'égard de celles qui se sont exagérément endettées.

10/12/2018

Alex Tedder

Alex Tedder

Responsable des gestions actions US et Monde

Simon Webber

Simon Webber

Gérant actions internationales

  • En général, les marchés entrent dans une nouvelle phase où l'inflation est à la hausse et où les banques centrales offrent moins de soutien aux marchés.
  • Les marchés boursiers font preuve d'une grande complaisance à l'égard des risques liés à la hausse des taux d'intérêt et au niveau élevé de la dette des entreprises.
  • Nous pensons que certaines des meilleures opportunités d'investissement se trouvent dans les secteurs où les ruptures industrielles sont importantes, par exemple dans la transition vers les énergies renouvelables.

 

En 2018, la croissance économique mondiale est restée globalement stable, mais, contrairement à 2017, elle n'est plus aussi étroitement synchronisée. Les États-Unis continuent de croître fortement, tandis que les données de la zone euro et de la Chine ont marqué le pas. Le Japon n'a pas non plus réussi à suivre le rythme des États-Unis, tandis que la croissance du Royaume-Uni reste léthargique et que toute amélioration de la confiance des entreprises dépendra des conclusions du Brexit.

Dans le même temps, la politique monétaire mondiale se resserre à mesure que les banques centrales se désengagent des mesures de soutien aux marchés. Cette tendance a été clairement annoncée, mais au terme de près d'une décennie de taux d'intérêt exceptionnellement bas, les marchés boursiers font preuve d'une grande complaisance à l'égard des risques liés à la hausse des taux et au niveau élevé de la dette des entreprises. C'est d'ailleurs l'une des « vérités incontournables en matière d'investissement » pour la décennie à venir.

 

Les plans les mieux conçus...

Des coûts d'emprunt plus élevés ne constituent pas le seul risque pour la rentabilité et les valorisations. La main-d'œuvre, l'énergie et les autres coûts des entreprises sont généralement à la hausse. Dans le même temps, la tendance au protectionnisme réduit l'efficacité de la chaîne d'approvisionnement. Une ère de faibles coûts a été l'une des caractéristiques marquantes du plus long marché haussier1 de l'histoire des États-Unis - mais nous commençons à voir des signes clairs de pressions sur les salaires et les coûts. La hausse des salaires d'Amazon à 15 $ l'heure et les récentes projections de Caterpillar sur la hausse du coût des matières premières semblent étroitement liées aux impacts douaniers et commerciaux. Il semble probable que la rentabilité américaine, en particulier, commencera à revenir vers les moyennes de plus long terme en 2019/2020.

Il s'agit d'un environnement particulièrement difficile à anticiper pour les entreprises, et nous nous attendons à ce que les surprises en matière de bénéfices soient plus nombreuses au cours de l'année à venir. La position commerciale agressive adoptée par les États-Unis depuis le début de l'année demeure une menace importante pour le bon fonctionnement de l'économie et la fluidité de la circulation des marchandises dans le monde. Les entreprises dont la chaîne d'approvisionnement dépend fortement de la Chine pourraient être confrontées à des droits de douane de 25 % sur les exportations vers les États-Unis en 2019. Nous pourrions également voir un accord commercial avec des barrières moins élevées qu'auparavant. Il s'agit clairement de deux environnements de coûts et d'affaires très différents, ce qui rend la planification extrêmement difficile pour les entreprises.

Dans de nombreux cas, les chaînes d'approvisionnement ne peuvent être repositionnées rapidement, étant donné le temps nécessaire pour évaluer les fournisseurs ou construire des usines sur de nouvelles implantations. Les entreprises qui ont investi pour éviter ou limiter les perturbations de la chaîne d'approvisionnement pourraient bien bénéficier d'une prime de valorisation. Tout cela rend les perspectives de bénéfices plus incertaines qu'à l'accoutumée.

On peut soutenir que la correction du marché au début du quatrième trimestre indique que les investisseurs ne sont plus aussi complaisants qu'ils l'ont été à l'égard des préoccupations commerciales. Les valorisations des actions sont revenues à leur moyenne de long terme, mesurée par le ratio cours/bénéfice (C/B)2, ou au-dessous. Toutefois, ces ratio n'est pas la seule mesure de valorisation. Si les conflits commerciaux en cours ou une récession font basculer les bénéfices dans un cycle baissier, des ratios cours/bénéfices plus avantageux ne seront pas d'une grande utilité. Dans un tel contexte, les entreprises endettées dont nous avons parlé plus haut pourraient être durement touchées.

Nous sommes généralement prudents à l'égard des entreprises qui ont un niveau d'endettement élevé ou qui ne peuvent pas augmenter leurs prix afin de compenser les coûts plus élevés qu'elles doivent supporter. Nous pensons que les télécommunications sont le meilleur exemple d'un tel secteur à l'heure actuelle.

 

Disruption et opportunités

Identifier les entreprises les mieux préparées à affronter - ou même à prospérer - dans la nouvelle phase du cycle économique et des affaires nécessitera une approche active et une compréhension approfondie des fondamentaux des entreprises.

Nous estimons que la période actuelle de mutation en cours dans de nombreux secteurs offre d'importantes opportunités d'investissement, et nous favorisons bon nombre de ces sociétés disruptives.

Il demeure essentiel pour les entreprises et les investisseurs de s'assurer qu'ils sont bien placés pour faire face à ces mutations. Nous nous concentrons sur l'identification des entreprises qui sont prêtes à investir à long terme, qui se préparent au changement et qui peuvent créer une croissance durable sur la base de leurs modèles économiques.

Prenons le transfert de la demande des énergies fossiles vers les énergies renouvelables. Jusqu'à la correction récente, les prix de l'énergie fossile ont augmenté, tandis que les investissements de l'industrie en 2015-2017 ont diminué en raison de la baisse des prix de l'énergie (et d'autres matières premières) plus tôt dans la décennie. La hausse des prix des combustibles fossiles et l'amélioration de la production d'énergie renouvelable signifient que les technologies énergétiques alternatives sont de plus en plus compétitives. Nous nous attendons à ce que la demande de véhicules électriques et d'énergie renouvelable se renforce. Nous continuons à rechercher de solides entreprises capables de contribuer à cette croissance à long terme, tout en évitant les segments les plus concurrentiels de ces industries et les entreprises qui n'offrent pas un service exclusif.

Nous privilégions également un certain nombre de valeurs dans la consommation et la technologie. Le paysage concurrentiel en matière de contenu et de consommation des médias évolue rapidement, ce qui en fait une riche source d'opportunités, en particulier dans les médias sociaux, la musique et les jeux. Dans certains cas, les valorisations dans ces domaines semblent élevées, mais nous pensons que le marché sous-estime la capacité d'un certain nombre d'entreprises à développer leurs activités et/ou à monétiser leur contenu pour soutenir une trajectoire de croissance à long terme.

 Les opinions ci-dessus contiennent des prévisions émises à la date de publication du document et dont la réalisation ne peut être garantie. Nos prévisions sont fondées sur nos propres hypothèses, qui sont susceptibles de changer. Les prévisions et les hypothèses peuvent être influencées par des facteurs économiques externes ou d'autres facteurs, elles ne doivent pas être considérées comme des conseils ou une recommandation d'achat et/ou de vente.

La valeur des placements et les revenus qu'ils génèrent peuvent fluctuer à la hausse comme à la baisse et les investisseurs peuvent ne pas récupérer les montants initialement investis. 


1. On entend par marché haussier, au sens large, un marché qui progresse dans le temps sans chuter de plus de 20 % par rapport à son sommet au cours de la période considérée.

2. Ratio utilisé pour valoriser les actions d'une société. Il est calculé en divisant le cours actuel du marché par le bénéfice par action.

Réservé exclusivement aux investisseurs et aux conseillers professionnels.

Ce document exprime les opinions de l'équipe d'économistes de Schroders et ne représente pas nécessairement les opinions formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders.

Ce document n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Il ne constitue pas une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente d’un instrument financier quelconque. Il n’y a pas lieu de considérer le présent document comme contenant des recommandations en matière comptable, juridique ou fiscale, ou d’investissements. Schroders considère que les informations contenues dans ce document sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Nous déclinons toute responsabilité pour toute opinion erronée ou pour toute appréciation erronée des faits. Aucun investissement et/ou aucune décision d’ordre stratégique ne doit se fonder sur les opinions et les informations contenues dans ce document.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les cours des actions ainsi que le revenu qui en découle peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant qu’ils ont investi.

Les prévisions contenues dans le présent document résultent de modèles statistiques, fondés sur un certain nombre d'hypothèses.

Elles sont soumises à un degré élevé d'incertitude concernant l'évolution de certains facteurs économiques et de marché susceptibles d'affecter la performance future réelle. Les prévisions sont fournies à titre d'information à la date d'aujourd'hui. Nos hypothèses peuvent changer sensiblement au gré de l'évolution possible des hypothèses sous-jacentes notamment, entre autres, l'évolution des conditions économiques et de marché. Nous ne sommes tenus à l'obligation de vous communiquer des mises à jour ou des modifications de ces prévisions au fur et à mesure de l'évolution des conditions économiques, des marchés, de nos modèles ou d'autres facteurs.

Ce document est produit par Schroder Investment Management (Europe) S.A., succursale française, 1, rue Euler, 75008 Paris, France.