Marchés

Perspectives pour 2017 : actions européennes

Les actions européennes risquent d’être volatiles en 2017, mais cette instabilité peut créer d’importantes opportunités d’investissement, surtout dans la mesure où les perspectives de bénéfices s’améliorent.

12/01/2017

Rory Bateman

Rory Bateman

Directeur de la gestion Actions

  • La volatilité entourant l’actualité politique peut dévoiler des opportunités pour les adeptes de la sélection des valeurs.
  • Le Brexit devrait avoir peu d’impact sur la reprise économique européenne.
  • La croissance des bénéfices en Europe devrait être la meilleure depuis cinq ans.

L’incertitude s’accompagne d’opportunités

On parle beaucoup des nombreuses élections prévues en Europe en 2017 et des incertitudes qui pourraient en découler pour la communauté d’investissement. En ce qui nous concerne, nous pensons que l’incertitude et la volatilité des marchés offrent souvent l’opportunité d’investir à bon compte dans des entreprises de qualité. En tant qu’adeptes de la gestion active et axée sur le long terme, les périodes qui nous permettent d’obtenir les meilleures performances sont souvent celles qui causent du souci aux autres investisseurs.

Outre les élections à venir en Europe, les négociations du Brexit devraient aussi être suivies de près, mais selon nous, le Brexit est une affaire qui concerne essentiellement le Royaume-Uni, et nous ne pensons pas que les conséquences soient très importantes pour les entreprises d’Europe continentale. Ainsi, seulement 5 % des exportations de l’UE sont destinées au marché britannique. La reprise économique de l’Europe est toujours lente, mais régulière, et elle ne devrait pas être trop perturbée par le Brexit.

Des valorisations intéressantes en Europe

Comme toujours avec les actions, le prix d’achat est une composante clé des performances que l’on peut potentiellement escompter. Or d'après nous, les valorisations des actions européennes sont toujours intéressantes. Le ratio cours/bénéfices ajusté du cycle1 du marché s'établit actuellement aux alentours de 14x, alors que la moyenne à 30 ans est à 20x. Par conséquent, l’Europe nous paraît attrayante à la fois par rapport à ses niveaux historiques et à ceux d'autres marchés géographiques.

Signes d’embellie des bénéfices

La sous-performance des actions européennes par rapport aux autres régions s’explique notamment par plusieurs années de baisse des bénéfices. Celle-ci est due en partie aux pressions subies par le secteur financier, ainsi qu’à l’impact de la faiblesse des prix des matières premières.

Cependant, nous pensons qu’en 2017, la croissance des bénéfices des entreprises européennes pourrait atteindre un rythme inédit depuis cinq ans. Les rendements obligataires signalent un rebond des anticipations d'inflation, une tendance typiquement propice à la reprise des bénéfices. Depuis trois mois, on voit des révisions à la hausse des prévisions de bénéfices dans les secteurs de l’énergie, des matières premières, des services aux collectivités et de la chimie sous l’effet de la dissipation des effets de base annuels et du redressement des prix des matières premières, et nous pensons que cette tendance se poursuivra l’an prochain.

Les corrélations vont-elles disparaître ?

Suite à la hausse des anticipations d'inflation et à la révision subséquente des prévisions de bénéfices, les actions sous-évaluées2 (dans des secteurs comme la finance ou les matières premières) commencent à rattraper une partie de leur retard sur les secteurs de qualité, alors que dans ces derniers (souvent perçus comme des secteurs « refuges », à l’image de la consommation courante), les valorisations étaient devenues très tendues ces dernières années. Il semble donc que la surperformance des valeurs de qualité par rapport aux actions sous-évaluées commence à s’inverser, et c’est une autre tendance que nous nous attendons à voir perdurer en 2017.

Toutefois, de manière générale, nous espérons que ce type de corrélation thématique entre les groupes de styles sur le marché d’actions européen va commencer à s’estomper, ce que certains signes tendent d’ailleurs à indiquer (voir le graphique ci-dessous). Le mouvement des marchés ces dernières années a été largement dicté par les thèmes macroéconomiques et par le facteur Momentum, profitant aux valeurs de qualité et de croissance par rapport aux actions sous-évaluées (style Value). Les investisseurs ont opéré peu de distinctions au sein même de ces différents groupes, ce qui, selon nous, a donné lieu à de nouvelles anomalies de valorisation.

Source : Bloomberg, Schroders, au 13 septembre 2016. Graphique établi à partir de la corrélation entre les deux groupes d’actions au sein de l’indice Eurostoxx 50. 0 représente une absence de corrélation, 1 représente unecorrélation totale.

On a pu le voir par exemple avec le secteur bancaire, où toutes les valeurs ont été sanctionnées à cause de la faiblesse des taux d'intérêt alors qu’il existe de grandes différences d'une banque à l’autre en termes de solidité des fonds propres, de qualité des actifs, de génération de flux de trésorerie et de potentiel de dividende. Par conséquent, la disparition de ces corrélations pourrait permettre au marché d’apprécier ces différences avec plus de discernement. En ce qui concerne les banques, la prudence recommande de faire preuve de sélectivité.

Privilégier les énergies renouvelables et les articles de luxe

Parmi les secteurs qui présentent des opportunités, citons celui des énergies renouvelables et alternatives, qui couvre un vaste ensemble d’activités, des voitures électriques à l’énergie éolienne. C’est un domaine qui nécessite une vision de long terme, car les changements technologiques peuvent mettre du temps à prendre forme. Toutefois, il semble clair que la multiplication des composants électroniques dans les voitures (notamment les fonctions de conduite automatisée) présente un potentiel important.

L’énergie éolienne est un autre thème structurel qui s’inscrit dans le long terme. L'élection de Donald Trump a créé des incertitudes quant à l’avenir de ce secteur, et par conséquent des opportunités d’achat à bon compte. Notons également que la transition vers les énergies renouvelables est un thème international, dont les perspectives ne dépendent pas d'un seul pays.

Nous identifions aussi des opportunités parmi les sociétés du luxe. Dans ce secteur, les volumes ont beaucoup pâti de la politique de la Chine contre la corruption de ses agents publics, si bien que plusieurs entreprises présentent aujourd'hui des valorisations à nouveau attrayantes.

Celles-ci affichent selon nous un grand potentiel de reprise, grâce à de nombreux facteurs, parmi lesquels la hausse constante du tourisme et des voyages à l’international, et pour les sociétés du luxe, un meilleur accès aux marchés en croissance, des produits innovants et un pouvoir de fixation des prix accru pour s'ajuster en cas d'inflation. Enfin, soulignons le rôle des technologies, beaucoup d'acteurs du secteur n’ayant pas encore exploité totalement le potentiel du commerce en ligne.

Conclusion – Opportunités sur fond de volatilité

En résumé, le contexte politique de 2017 devrait encore amplifier l’instabilité du marché, ce qui selon nous va donner lieu à des opportunités d’investissement très intéressantes avec les probables fluctuations du sentiment des intervenants. Les valorisations restent intéressantes et la reprise modérée de l’économie en Europe devrait fournir un contexte propice pour que les entreprises enregistrent le taux de croissance de leurs bénéfices le plus élevé depuis cinq ans. Les corrélations sont importantes malgré des signes d’évolution de la dynamique, sous l’effet du rebond des rendements obligataires.

Nous restons très vigilants dans notre quête d’opportunités sous-évaluées (notamment lorsque l’environnement de marché est instable) car, dans les mois à venir, la croissance des bénéfices devrait permettre d’opérer une meilleure distinction.

 


1 Le ratio cours/bénéfices ajusté du cycle se calcule en divisant le prix d'une action par les moyennes mobiles des bénéfices sur 10 ans ajustées de l'inflation.
2 Une action sous-évaluée a tendance à se négocier à un prix inférieur à ce que justifient ses fondamentaux (par exemple dividendes, bénéfices et chiffre d’affaires). En gestion Value, elle est donc considérée comme « sous-évaluée ».


Information importante : ce document exprime les opinions de Rory Bateman, responsable de la gestion actions britanniques et européennes, et ne représente pas nécessairement les opinions formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders.

Ce document n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Il ne constitue pas une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente d’un instrument financier quelconque. Il n’y a pas lieu de considérer le présent document comme contenant des recommandations en matière comptable, juridique ou fiscale, ou d’investissements. Schroders considère que les informations contenues dans ce document sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Nous déclinons toute responsabilité pour toute opinion erronée ou pour toute appréciation erronée des faits. Aucun investissement et/ou aucune décision d’ordre stratégique ne doit se fonder sur les opinions et les informations contenues dans ce document. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les cours des actions ainsi que le revenu qui en découle peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant qu’ils ont investi. Publié par Schroder Unit Trusts Limited, 31 Gresham Street, London EC2V 7QA, société agréée et contrôlée par la Financial Conduct Authority. Pour votre sécurité, les communications peuvent être enregistrées et surveillées. Les prévisions contenues dans le présent document résultent de modèles statistiques, fondés sur un certain nombre d’hypothèses. Elles sont soumises à un degré élevé d’incertitude concernant l’évolution de certains facteurs économiques et de marché susceptibles d’affecter la performance future réelle. Les prévisions sont fournies à titre d’information à la date d’aujourd’hui. Nos hypothèses peuvent changer sensiblement au gré de l’évolution possible des hypothèses sous-jacentes notamment, entre autres, l’évolution des conditions économiques et de marché. Nous ne sommes tenus à l’obligation de vous communiquer des mises à jour ou des modifications de ces prévisions au fur et à mesure de l’évolution des conditions économiques, des marchés, de nos modèles ou d’autres facteurs.

Réservé exclusivement aux investisseurs et aux conseillers professionnels.

Ce document exprime les opinions de l'équipe d'économistes de Schroders et ne représente pas nécessairement les opinions formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders.

Ce document n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Il ne constitue pas une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente d’un instrument financier quelconque. Il n’y a pas lieu de considérer le présent document comme contenant des recommandations en matière comptable, juridique ou fiscale, ou d’investissements. Schroders considère que les informations contenues dans ce document sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Nous déclinons toute responsabilité pour toute opinion erronée ou pour toute appréciation erronée des faits. Aucun investissement et/ou aucune décision d’ordre stratégique ne doit se fonder sur les opinions et les informations contenues dans ce document.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les cours des actions ainsi que le revenu qui en découle peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant qu’ils ont investi.

Les prévisions contenues dans le présent document résultent de modèles statistiques, fondés sur un certain nombre d'hypothèses.

Elles sont soumises à un degré élevé d'incertitude concernant l'évolution de certains facteurs économiques et de marché susceptibles d'affecter la performance future réelle. Les prévisions sont fournies à titre d'information à la date d'aujourd'hui. Nos hypothèses peuvent changer sensiblement au gré de l'évolution possible des hypothèses sous-jacentes notamment, entre autres, l'évolution des conditions économiques et de marché. Nous ne sommes tenus à l'obligation de vous communiquer des mises à jour ou des modifications de ces prévisions au fur et à mesure de l'évolution des conditions économiques, des marchés, de nos modèles ou d'autres facteurs.

Ce document est produit par Schroder Investment Management (Europe) S.A., succursale française, 1, rue Euler, 75008 Paris, France.